mardi 7 février 2012

La plume autrement.

À l'oeillade qui engendre
le voir ! C'est ainsi 
que certains'yeux 
vivent...









Vers mon regard
est venue la plume
d'Autrui . Elle s'est
ravivée, m'a suggérée.




Revoir autrement
cette Superbe de prédilection.
L'ai déplacée, métissée,
exposée. Fixée.




Plume en
congé de vol,
un peu en mal
d'oiseau.

La regarder autrement
nécessite l'Iris-Prismacolor !

Aux aléas de mes doigts,
elle frôle, puis expose sa texture
depuis moult postures.




La rectrice fait portrait.
Frémit-sans-vent.
Colorée pour un
autrement.
Elle se place.
N'est pas en attente.
Plutôt disposée à
quérir encore-et-encore
les Oh ! et  les Ah! de
nos soupirs...
Ces derniers, elle sait depuis lurette
les choraler à la volette !






À l'ombre ou face à la
fougueuse lumière,
la Voilà qu'elle campe son
prochain rôle.

Elle convoite la mise en scène.
Espère les mots sans jeter
l'encre. Ne crache plus le noir...

Impeccable, elle signifie
ne plus vouloir faire tache.


Celle-ci s'est jurée
que nada-jamais son pied de
calamus
ne se mouillera
de mort-noire-et
engourdie dans l'encrier qui
fit naître des traits alambiqués.






Se souvient de mémoire d'Elle,
sans nul-ennui, du temps où....
l'acte de voler était
spectre-de-flèches.
Goût aride de plombs-dans-l'aile .

Ma Belle-à-une-époque était tapie,
muette, en-dessous du trait, du texte.
Source de courbes à l'infini.

Envers l'histoire
insiste encore ce mot ;
Nevermore à la plume d'oie,
de coqs-et-d'autres.
Nevermore
à l'instrument-de-tous-ces-mots,
jusqu'à l'appendice-du-portrait-de-Diderot.





Corps léger, mémoire lourde
est devenue étale.
Origine/provenance...
Penne-peine Déplumées !

Aujourd'hui autour de mon oeillade,
elle
ne crie plus.
N'est pas
crécelle,
nenni de vautour ou d'autruche.

Elle se veut chant-du-cygne,
version sonore.
Ne veut plus mourir.
Virevoltages.
Surplaces gracieux
en cet endroit choisi, précis,
où la splendeur
du drame connu, refuse
le sort de l'alouette.




Caméra dans l'oeil La
voici ramage.
Elle Plume, solo, mélopée, adagio.

Un goût soudain pour la rocaille
elle est Sirène-au-coquillage.
Avec copines, elle guinche collées
rémiges-rémiges, olé olé !






Au terme
mon oeil
est ému.
Je la perçois atone,
encerclée, sollicitée,
me dire d'une voix
de Garbo; " Please I v'ant
to be aloooone  "






12 commentaires:

Anonyme a dit…

c'est comme une descente de ski, soyeuse, fulgurante. Sur la blancheur, l'éclat sauvage et parfois bien rangé.
C'est beau!

Paula

Ana a dit…

Merci Paula.

Je n'avais pas vu cela comme une descente en ski, eh bien la plume aura pris du poids ! Dis donc Paula, est-ce qu'ils-te-font tes skis-de fond ?

Ana

Minie a dit…

Ces plumes, oh ces plumes, si vives, si fines, si gourmandes, elles glissent sur la rétine, se posent à la dérobée, gorgées de ciel, fardées, poudre aux yeux, oriflammes versicolores,
plume langage de l’âme,
attrape-rêve c'est comme un songe qui se dessine en filigrane là où on ne l'attend pas, illusion, mirage,
et les voilà calame, plurielles qui tracent des mots, porte-plume, porte-vie, porte-songes,
plumes d'ange, corps mémorable...

Ana a dit…

Bonjour Minie-L'Ailée !

Ciel que vous êtes inspirée. Je m'incline, c'est beau !

J'aime aussi les plumes tout comme j'apprécie " tellement, tellement, tellement ", les petits êtres ailés qui les transportent.

Au plaisir et j'espère que vous êtes au chaud sur vos terres.

Ana

Minie a dit…

Bonsoir Ana, c'est vous l'inspirée et l'inspirante, vos textes et photos sont sublimes.
(Ok ok, le potlatch est servi ;-)
Qui est derrière l'objectif ? Coloriste, sens aiguisés, oeil avisé... !?

Pour Diderot ça ressemble à une devinette... hm, je sèche !

Ici dans mon Est, ça prend des airs de Sibérie, je me calfeutre dans mon terrier.

Ana a dit…

Ahhh ! Minie-de-L'Est !

Bonjour à Vous ! C'est " moua " qui est derrière la Canonnn. et qui dirige la " plume " Aïe, Aïe, Aïe. Derechef Ahhh ! Pour Diderot, eh bien c'est ma formation, ma mémoire visuelle qui se sont toujours souvenues de cette toile du peintre , humm, Louis-Michel van Loo du portrait de Denis Diderot, cette toile est connue allez glaner du côté de chez Wiki.... Hier encore en me rendant dans une librairie, j'ai vu, un dessin inconnu au mur où j'ai reconnu Diderot avec encore " la plume ".
Bien moi, vous savez je demeure dans un Pays de Neige. Je suis habillée chaudement. J'aime beaucoup l'hiver. Cependant je sais que chez vous ouille, ouille, c'est pas commun ce " frette-et-blanc " comme un lavabo ! ( paroles chanson de R.Charlebois).

Ana a dit…

Suite pour Mini-de-Sibérie !

Soyez bien emmitouflée. Bientôt le printemps naissant viendra vous chauffer le bout du nez... Ana

Anonyme a dit…

Pour Minie-de-Sibérie.

Voici une belle pub qui exprime bien le blanc de l'hiver et les états d'âme bellement ( bien sûr pour ceux qui aiment.. ), ressentis lors de ces beautés extérieures que j'apprécie tant. J'espère que vous pourrez la voir.
A. ( elle est ici sur youtube )
http://www.youtube.com/watch?v=pyOi0uFM5ek

Minie a dit…

Merci pour cette blanche vidéo, et pour le lien météo/animaux.
Couvrez-vous bien, il fait froid par chez vous !

Ana a dit…

Oui Minie-question-habits-je-suis-bien Munie.

Ana

Michèle a dit…

Comme une couette de duvet réchauffe et transforme nos peurs en douces rêveries, ces plumes et ces mots charment l'oeil et le coeur, leur font du bien. Bravo Ana à ce merveilleux site qui permet un temps d'arrêt dans cette course folle que nous nous imposons parfois.

Ana a dit…

Pour Michèle !

Merci " Ma Couette " !

Gentil, gentille message et visite. Oui un temps d'arrêt cependant il faut aimer 'lirelire " !!!! Au plaisir d'une plume autrement !

Ana

Enregistrer un commentaire