mercredi 11 septembre 2013

Décidément l'Allure


 M. A. pour évoquer cette déclaration.

Hélas, nous ne ressusciterons pas cette Reine.
Ni Élisabeth Vigée Le Brun qui choisit
ainsi soit-elle, en 1783
" Ce " modèle.

Cependant

L'allure




















D'emblée une verticale centrée.

La base,
puissance du vêtement modelé 18e,
il exalte le corps.
Tutti-frutti de soie, de taffetas
de dentelles, mousseline
et d'encore.

Le centre,
crescendo de la plastique. 
La carnation dévoilée
au plaisir du corsage.
Cou bijouté , goût cristallin.

Une sensibilité vêtue
du triomphe individuel de
la verticale cajoleuse.
Elle s'oriente vitale
de ses mains pulpeuses
vers La Rose.
( Quelle perdure cette éphémère ! )


La finale, 
peau rosée, joues rougies.
Teint de distinction.
Visage volontaire.
Regard récepteur orienté
au ravissement de l'Autre.
Chevelure poudrée, variante simplicité.
Coiffure à sa fantaisie.
Parures-d'antoinette.

Phase optimale,
son vouloir d'âme.
Son visage comme grâce,
redondance de ces pétales
au sens unique du sentimental.

Je ferme l'oeil.
Décidément je retiens l'Allure.












M.A.        Une prédilection d'élégance.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Au-delà de l'allure - mais quelle allure! - la nostalgie de ne pas être de ce siècle. Miroir perdu de votre être. Retrouvé par votre écriture. Mais au moins, vous avez sauvé votre tête!
P.

Anonyme a dit…

16 octobre 2013, en souvenir de....

Anonyme a dit…

Mais oui, souvenir de 1793

Enregistrer un commentaire